Les Déclencheurs
Catégories de bénéficiaires : Personnes incarcérées, Habitants de zones rurales, Habitants de zones sensibles
Âge des bénéficiaires : Adolescents
Domaine du projet : Audiovisuel/presse/multimédia
Type de participation : Soutien financier
Territoires : Ensemble du territoire de France et d'Outre-mer

L’association a pour objet de favoriser la compréhension du monde qui nous entoure au travers de pratiques culturelles, ludiques et éducatives.

Selon une étude sur 500 lycéens et collégiens, 60,9% affirment que l’information d’actualité n’est pas écrite uniquement par des journalistes. Aujourd’hui les réseaux sociaux ont même dépassé les moteurs de recherches dans cette diffusion de l’information. 59% des articles partagés sur Twitter ne sont pas lus par celui qui les partage. On partage d'avantage « la vision du monde portée par celui qui poste » que le contenu de la nouvelle elle-même. Les algorithmes propres aux réseaux sociaux font disparaître au fur et à mesure de nos fils d’actualités les contenus auxquels nous n’adhérons pas. Ils nous donnent à voir, à écouter, à lire uniquement ce qui correspond à notre vision du monde et ceux qui partagent notre « bulle idéologique » en créant un monde à notre image, nous confortant dans nos propres points de vue.
 
Fort de ce constat, l’association, souhaite accompagner dans cette démarche d'usage actif des médias les personnes les plus fragiles. Les éducateurs de la PJJ (Protection Judiciaires de la Jeunesse) font face chaque jour aux questionnements, colères, incompréhensions du monde qui entourent ces jeunes en souffrance.
 
Par le jeu, le partage, le dialogue et l'expérience partagée l’association facilite l'autonomie, restaure la confiance en soi et le lien avec les éducateurs.

Les objectifs :
éduquer les publics les plus éloignés des médias et ouvrir le débat face aux informations observées sur les réseaux sociaux. S'engager auprès des services de la Protection Judiciaire de la Jeunesse revient à s'engager auprès des plus jeunes, des plus isolés parfois la cible des campagnes de désinformation voire d'emprise mentale.

Les moyens pédagogiques actuels:
- la création d’un jeu, sous le format d’un Escape Game nomade,
- un outil de débriefing journalistique sera proposé pour les bénéficiaires à l’issue de la partie de jeu pour ancrer avec les éducateurs les clés de compréhension de ce qui se sera joué pendant la partie,
- une application numérique sera destinée aux jeunes pour faciliter l’autonomie, la production de contenus, la diffusion des bonnes pratiques au quotidien.
 
L’idée est d’aborder des sujets complexes avec des outils pédagogiques les traitant de façon détournée.
En parallèle et en concertation avec l’École Nationale de la PJJ, les modules de formation seront conçus à l’intention des professionnels : en formation initiale et formation continue.

Les critères particuliers de l’Appel à Solutions :

L’innovation sociale :
le dispositif s’adresse tant aux 4 000 éducateurs qu’aux jeunes pris en charge par la PJJ.
Avec la méthode de l’Escape Game, le groupe sera placé dans un état d’esprit détendu, positif et permettant de maintenir l’attention sur un sujet dans un temps donné. Mis en place par des professionnels de l’éducation et de la Santé, ces outils mettent les participants dans une position active et interactive, pour aborder des sujets graves ou personnels.
Apprendre à travailler ensemble : l’outil permet de souder un groupe en révélant des intérêts communs, une communication complice et conviviale.
 
Le changement d’échelle :
une démarche de recherche/action a été construite et le projet, en expérimentation, s’améliore avec les retours des usagers. Il se déroulera en un an avec une phase expérimentale dans la région PACA, à un déploiement national et pourra dès 2019 s’ouvrir à des publics plus larges.
 
Les bénéficiaires : chaque année 140 000 mineurs sont pris en charge par la Protection Judiciaire de la Jeunesse en France. La PJJ a des missions d’éducation, d’accompagnement, de protection, de sanction.
Les sites concernés se répartissent dans des centres de placement judiciaire, des unités du secteur associatif habilité, des unités éducatives d’activités de jour, en détention des quartiers pour mineurs et dans les unités éducatives en milieu ouvert.
 
Le calendrier : de novembre 2018 à décembre 2019
Le planning de réalisation est le suivant :
Novembre 2018 à Janvier 2019: phases de récolte d’informations auprès du terrain, affiner le positionnement, questionnements avec les équipes et les jeunes, constitution de l’équipe d’experts,
- Février à Mai : proposition d’un prototype à tester en contexte réel, formation des éducateurs testeurs, tests et premier bilan ainsi que la précision cahier des charges des autres outils,
- Mai à Septembre : finalisation de la forme / Propositions d’univers visuels et tests auprès des jeunes, validation définitive, développement des supports numériques, établissement du programme et du planning des formations. Communication sur le dispositif,
- Septembre à Décembre : essaimage du jeu sur le territoire/ Découverte / Mise en œuvre massive des parties de jeu au sein du réseau.,
- Décembre 2019 : premier bilan d’évaluation à chaud des usagers et lancement du processus d’évaluation plus fin dans le réseau de la PJJ, livraison des outils et du module de formation à l'Ecole nationale de la PJJ en vue de la prochaine session de formation,
- Janvier 2020 : remontée des données qualitatives et rédaction du bilan global.
 
Retrouvez ici la liste des 9 projets validés par le Conseil d'Administration.

 

Participation de la Fondation France Télévisions :

40 000 €